06 août 2007

Le pays dans lequel je ne suis pas morte - 6

Plus tard, je me réveille, dans un lit. J’ai soif. Mon mari est là. Il est bizarre.

- ça va ?

J’envisage de répondre oui, mais je me sens molle. Je flotte dans une sorte de torpeur douce. je suis plutôt bien, et je n'ai mal nulle part. Il insiste.

- ça va ?

Je veux dire oui mais ma bouche est bizarre, il y a un truc. Je m’agite, l’idée c’est d’enlever le truc.

D’ailleurs le truc est dans mon nez.

- Comment tu te sens ?

Pourquoi on me met des trucs dans le nez ? c’est quoi ce plan ? Ils sont quand même frappadingue, les espagnols. On n’accouche pas par le nez.

J’arrête d’y penser. Je dérive.

Mon mari insiste.

- ça va ?

Ça me rappelle que j’ai un truc dans le nez. Je décide d’essayer de l’enlever. Il me prend la main pour m’en empêcher.

- Où est le bébé ?

Ça doit être un système espagnol, on sépare les bébés des mamans.

- Il va bien, me dit-il sur le ton de quelqu’un qui aurait aussi bien pu dire le contraire.

J’ai beau être molle, rêveuse, avec des trucs dans le nez, je trouve ça louche.

- Il est où ?

- Il est à la nursery.

- Il va bien ?

- Oui.

- Vraiment bien ?

- Oui. Pourquoi ?

- Tu es bizarre.

- Hmm, fait mon mari. Tu sais quel jour on est ?

- Ben, mardi.

- Non.

- Mais si, on est mardi.

Je suis fatiguée, molle, j’ai envie de dormir, et il me casse les pieds avec le jour de la semaine.

- Alors mercredi, dis-je agacée.

- Non.

- Mais ça veut dire quoi ?

- L’anesthésie a duré longtemps.

Je me dis vaguement que c’est peu probable, une anesthésie ne dure pas longtemps. Mais je n’ai pas la force de débattre.

- Quel jour ?

- Dimanche.

Je le regarde, mes yeux fatiguent, il est flou.

- Comment ça, dimanche, c’est trop long…Le bébé est né quand ?

- Mardi.

- Et là c’est dimanche ?

- Oui.

Une infirmière arrive ; il va s’en aller. J’ai plein de questions à lui poser, mais surtout envie de dormir, je n’insiste pas.

Je m’endors.

2 commentaires:

Pablo a dit…

Tu t'endors encore ?!!

bastet a dit…

Punaise,ça donne la trouille ce que tu racontes. Ca a un lien avec le métabolisme de l' accouchement ?