06 mai 2007

Mater Dolorosa

Bon, allez, maintenant que c'est la dernière ligne droite, je vais être encore plus médisante.
Mater Dolorosa, c'est une collègue, qui a souvent une tête de Mater Dolorosa. Etude d'ingénieur, très brillante, d'après ce qu'elle dit, elle a en effet pas mal lu (il faut dire que le staff du collège est globalement inculte) et vu de films.
Elle ne connait cependant pas The Party, ce que je trouve grave.
Maintenant, elle est prof de techno.
Dans l'ensemble, elle est plutôt désagréable, mais je l'ai vraiment découverte un jour, lors de l'échange suivant.
Moi : Quand j'étais étudiante, comme je lisais beaucoup, je n'étais pas toujours très modeste.
Elle : Pas moi. J'étais très brillante, tu sais que j'ai fait Maths Sup, et j'étais très cultivée, mais je suis toujours restée modeste.

Là, elle m'a énervée. Depuis, je guette tous ses travers, mais je dois dire que dans l'ensemble, elle me fait rire ou de la peine.

Mariée à un Ifriqyien, elle a trois enfants, tous très beaux. D'après elle, ils sont également très brillants. Elle est souvent silencieuse au collège, et demeure assise, les yeux dans le vague. Parfois, j'ai la sensation qu'elle "craque" et livre des trucs, qu'elle regrette.

Elle se demande si elle a bien fait de laisser ses enfants dans le système ifriqyen. Ils sont biliongues, et très brillants, ne l'oublions pas, mais elle évoque de graves problèmes de discipline, toujors en baissant la voix, puisqu'ici, quand on n'ensence pas le pays, on est aussitôt assimilé à un racisme, vaguement pro-occidental, ou pro-américain.

Il y a quelques temps, avec Sana, et Poupette, dont je parlerai plus tard, et un parent d'élève français odieux qui regarde Sana dans les seins, la conversation dérivait sur les moeurs des jeunes locaux.
Les jeunes locaux, surtout les jeunes filles, sont très sérieux, disent les Français - dont Poupette. On perçoit facilement l'arrière pensée de Poupette. Très sérieux, cela veut dire qu'ils ne couchent pas ensemble. Surtout les filles, surtout les voilées. Le mépris de la voix de Poupette nous laisse à penser... - quoi? qu'il faut coucher avec tout le monde et picoler en vomissant partout, comme son fils en son temps? Bref. Le parent renchérit. Ah la la, c'est dingue, les filles, ici elles sont cadenassées.
Mater Dolorosa, air chose, regard baissé: C'est la culture.(LA culture). C'est comme ça, il faut l'accepter.
Poupette, précipitamment (elle est pas raciste, Poupette, elle respecte): Ah oui oui oui tout à fait, d'ailleurs pour le Sida c'est mieux.
Parent d'élève libidineux : Oui enfin c'est pas naturel, quoi.
Sana, seule ifriqyienne : Mais enfin, ce n'est pas vrai. Les jeunes, ils sont comme partout. Ils couchent ensemble. Ils ont des petits amis, et tout. Pourquoi vous dites que les filles sont sérieuses? Et les voilées (elle rigole), ça veut rien dire. Les jeunes, ici, c'est comme ailleurs.
On appelle cela la voix du bon sens, je crois.
Poupette, toujours fine : Ah bon?
Mater Dolorosa, dont la fille de 19 ans a vécu deux ans avec un jeune français : .......
Parent d'élève : Ah bon ben j'avais pas remarqué.

Voilà mon analyse de la conversation (et, au passage, pourquoi je souffre ici).
Côté français : Sous couvert de tolérance et de respect, on observe les supposées coutumes de lautre et on monte en épingle les différences inadmissibles. S'ils ne couchent pas, ils sont frustrés et malheureux, les femmes sont les jouets des hommes et tout ça, c''st mal, donc nous on est tolérants hein mais la culture de l'autre elle est mauvaise.
Côté française mariée localement : Localement, on tait les choses, et elle le sait. On sait bien que les jeunes filles ont des petits copains, mais on ne dit rien. Prise dans le système, Mater Dolorosa ne peut rien dire.

Et moi ce que je pense : le racisme masqué d'un côté, l'hypocrisie de l'autre, moi je suis du côté de Sana, qui ne représente pas tout son pays, parce qu'elle, elle est lucide.
Les cons, il y en a partout, dans tous les pays, et leurs raisonnements sont toujours similaires.

3 commentaires:

sophie a dit…

The Party j'en suis sortie avec mal aux côtes.

antagonisme a dit…

Moi je me le regarde régulièrement. En alternance avec les Tontons Flingueurs.

dgrv a dit…

Ah... The Party ! Peut-etre le film le plus marrant que je connaisse, avec les Blues Brothers.

Mais ici, un rire fin, presque retenu. Quelque chose qui se rapporte a la joie de vivre, a une jouissance sans borne de l'absurdite de la vie...