18 octobre 2007

Installation, suite

Hier, Fils Aîné, de retour de l'école, m'a informé de ce qu'il parlait maintenant avec des camarades, selon les voeux de sa coordinadora, et il souhaite même les retrouver vers six heures le soir pour aller faire du vélo.
Petit Garçon parle aussi avec ses camarades. L'autre jour, il m'a fait la remarque suivante : "Ze sais pas comment ze fais, ze parle même pas espagnol et ze bavarde dézà avec Juan Antonio". Trop fort, non?
Ouf; un poids commence à m'être ôté; sept ans dans le pays précédent avaient créé des liens; ils connaissaient toute l'école (forcément, vu la taille : 150 en primaire, un peu moins au collège), ils étaient comme des poissons dans l'eau; un peu trop : l'un de mes collègues parlait de "Club med" à propos de l'école.
Quant à moi, je cire des meubles depuis plusieurs jours, et, bien que j'ai des mains rougeâtres, j'en suis assez satisfaite - voire très, mais je me sens d'humeur critique en ce moment. En effet, nous avions fait faire ces meubles chez des menuisiers divers, du coin de la rue (de plusieurs rues), parce que j'ai passé mes 11 premières années d'expatriation à vivre dans des meublés, sous prétexte de voyager léger et de n'être attachée à rien (sauf mes livres); j'ai eu succesivement un canapé à grosses fleurs roses et bleues, un canapé à fleurs vert, marron et jaune, nuance pisseux, et, la grande classe, un canapé bleu roi avec des angelots et des torsades dorées, façon Second Empire, revu dans le style arabe; en table : une table genre conforama bas de gamme, en aggloméré, avec les plaques qui se décollent; une table genre meuble en pin suédois avec une plaque de verre dessus (pas trop mal, mais je déteste les plaques de verres), et une table hexagonale toute petite, genre moderne/design/restau qui se la joue/rose cendré/ pas pratique. Après quoi j'ai jeté l'éponge, dessiné des meubles hyper simple etdemandé à des menuisiers de les faire.
L'ensemble est pas mal, sauf les détails; par exemple, le plateau de ma table de salle à manger, que je voulais exactement aligné avec les pieds, sans rebord, a légèrement diminué de volume et il est donc à trois millimètres en retrait par rapport aux pieds. Bien fait pour moi, je n'avais qu'à dessiner plus classique. Cependant, je suis assez contente : les meubles ont plutôt souffert du voyage : mais un coup de cire teintante, et les voilà de nouveau, non pas comme neuf, mais vivants et dans mon salon. Il y a quelque chose de chaud et de vivant dans les meubles en bois; ils étaient exsangues il y a une semaine, ils frétillent maintenant dans mon salon et me remontent le moral.
Demain, entretien d'embauche... j'en ai déjà eu un, pour une autre boîte, dans l'humanitaire, mais avec des conditions de travail, surtout horaires, prohibitives : si, encore, les enfants étaient adaptés! celui-là semble plus classique; s'ils me prennent, c'est une chance pour moi : c'est un poste en entreprise, et mon CV ne les a pas refroidi (au contraire). J'ai rédigé une lettre de motivation assez désinvolte où j'expliquais le lien entre prof et leur poste; c'était plutôt tiré par les cheveux, mais je n'arrivais pas à me concentrer, je l'ai vité rédigée, j'ai demandé à mon mari si ça allait, il m'a dit pfff, de toute façon ils les lisent à peine, et quand je les ai rappelé ils se souvenaient de moi. Les horaires ont l'air lourds (mais moins affreux que les autres). Selon l'Ours, ils doivent être attirés par mon niveau d'étude, mon espagnol (les espagnols que je rencontre me disent très gentiment que mon espagnol est estupendo, surtout que j'ai l'accent du sud de l'Espagne, ce qui apparemment les fait marrer, muy gracioso, mais il me semble passer mon temps à bafouiller ou articuler - comment prononcer ejercito, merde?), ma vie errante (pour une fois que ça sert), mon goût pour la nourriture (pléonasme, je suis gourmande comme tout, mais épicurienne - en fait c'est ce que m'a dit la dame "épicurienne" - elle ne connaît pas le sens littéral, parce que je suis épicurienne, mais au sens propre, pas galvaudé - mais je ne lui ferais pas de cours, promis, promis, sinon elle va se sentir critiquée et puis la doctrine d'Epicure va à l'encontre de l'utilisation moderne du mot, alors si elle veut que j'aime bouffer, ce que j'aime d'ailleurs, mais intelligemment, je vais aimer ça!) - et c'est tout. C'est bien, parce que j'ai pas grand chose d'autre à proposer. Enfin, j'ai déjà bossé en entreprise, mais c'était, mon Dieu, il y a - oh.
Je crois qu'elle a aimé aussi que je lui dise que je veux une vie professionnelle stimulante.
Moyennant quoi, je suis donc angoissée d'être prise (les horaires, et puis c'est loin) et angoissée de ne pas l'être (qu'est-ce que je peux trouver d'autre et de bien?).

14 commentaires:

Florence a dit…

Bon courage !!! J'espère que ça va marcher... après tout, si ça marche... tu pourras toujours choisir si tu y va ou non !
Le moral revient, on dirait, non ?

antagonisme a dit…

Merci! le moral revient. Il n'était pas tout à fait parti...

sophie a dit…

Ze trouve ton fils zextraordinaire, il veut pas rencontrer ma fille ?

sophie a dit…

M%ais pourquoi absolument vouloir dire ejercito ?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ta réflexion sur les meubles en bois est tellement juste. Pour les horaires de boulot... comme je te comprends !

Pablo a dit…

J'espère que tes enfants vont te refiler tous les gros mots qu'ils apprennent à l'école : les enfants adorent apprendre aux camarades étrangers les gros mots locaux, d'abord —probablement— pour se moquer d'eux. Ne t'en fais pas (trop) pour les enfants, ils vont s'adapter (¿s'intégrer?) mieux et plus vite que toi... Je suis sûr que ton español est estupendo, mais personne ne te corrigera les défauts, tu feras toujours les mêmes erreurs et ils continueront à te dire que c'est estupendo (je ne parle pas des espagnols en particulier, en français c'est pareil). Si tu parles fréquemment en español [tu vois, le clavier espagnol est pratique, finalement] avec quelqu'un, demande-lui de te signaler tes erreurs. J'ai fait ça il y a longtemps avec une française qui a passé un certain temps ici et elle appréciait.

¿T'as perdu ton appareil photo? Il y a longtemps que tu ne publies pas de photo sur ton blog ; tu pourrais nous montrer quelques-uns de tes meubles pour reprendre les bonnes habitudes ;-)

Ton "accent du sud" est comment ? Tu dis 'Saragosa' ou 'Zaragoza' (avec la langue sur les dents) ? Je parie que c'est de cette dernière façon, c'est pour ça que tu as des difficultés à dire "ejército", la transition du "R" au "Z" est plus difficile que celle du "R" au "S". Tu arrives à dire "Jorge" ? Et "piscina" ? (Répète après moi : El ejército de Jorge se cayó a la piscina). À part les photos, tu devrais mettre sur ton blog des fichiers mp3, ce serait plus clair pour tes lecteurs. (Smiley aussi).

Bonne chance pour les entretiens —et pour les horaires.

antagonisme a dit…

Sophie : Mon fils est en 2° de la ESO, soit 2ème année de collège, pour lui la quatrième (ça correspond à peu près au programme de cinquième, mais pas tout à fait). Bref, il a de l'histoire, et ils font le Moyen Age, donc on part de la fin de l'antiquité et il s'agit de l'armée romaine, ou de celle de Justinien, je ne sais plus, enfin on y va fort sur ejercito et chaque fois que je lui lis le cours ou que je lis les questions je crachouille et je postillonne. Lamentable.
Pablo : Oui, je dis Zaragosa comme le th anglais, mais je n'y comprends rien, il ne faut pas? Piscina, ça va, ou alors j'ai pas compris le truc, mais Jorge, c'est affreux. Je crois que j'ai l'accent du sud parce que je ne dis pas toujours les fins de mots et que j'ai dans l'oreille la voix d'un andalou que je connaissais (c'était un sale con mais j'adorais son accent). Cortado devient corta'o etc. Je fais des efforts, parce que je me sens ridicule de singer unaccent que je n'ai pas, mais ça m'échappe. En Français pareil, j'ai parfois des inflexions ch'ti ou je dis des mots avec l'accent canadien (je sais, il ne faut pas dire que les Canadiens ont un accent sinon ils se vexent mais pour moi ils en ont un, je suis désolée), comme présintemint en roulant le R. Je suis seule à rire, les Français de ma connaissance ne pigent pas ce que je fais, cela ne leur rappelle pas l'accent canadien, et bon, mais voilà, je m'amuse comme je peux. Qui connaît Dany Boon ach'baraque et en ch'ti?
Non, je n'ai pas perdu l'appareil, j'ai même fait des photos de Paris, c'était terrible, je me suis rendue compte de la difficulté de rendre quelque chose en photo - je veux dire, en essayant de rendre le je ne sais quoi qu'il y a pour moi à Paris. Les meubles, je sais pas. Si quelqu'un les reconnaît?
Sophie, à propos de mon fils : il se repend de nous avoir dis qu'il bavardait parce que maintenant, à chaque fois qu'on lui dit, ah, le seul petit garçon qui bavarde en espagnol sans connaître la langue, il maugrée "Mais ze bavarde pas, en fait! Ze fais des signes!" et comme on rigole, il essaie de rattraper le coup : "Non, ze fais pas de signes, zuste des zestes, ze dis zuste des petits trucs, ah, z'en ai marre" et il s'en va vexé de s'être piégé tout seul.
L'entretien aura lieu plus tard; il y a une grève aujpourd'hui, et la dame a des enfants...

antagonisme a dit…

Valérie, je suis contente que tu me comprennes car je me sens un peu comme une folle quand je dis qu'ils vivent (un reste de mes années SF, mais bon). Je me demande si les horaires ne vont pas être rhédibitoires. j'ai un mari addicte au travail. Il rentre à 10 heures; alors papa à dix heures, et maman à huit heures... Je ne peux pas. Enfin, on verra après l'entretien.

Pablo a dit…

Si, si, c'est parfait, de prononcer le "z" (et "ce" et "ci") comme le "th" anglais. Est-ce peut-être ça même qui leur paraît marrant —gracioso— ? : parce que dans la plupart d'Andalousie et aux Canaries, en Espagne, ainsi que dans toute l'Amérique hispanophone, on prononce en général les "z", plus "ce" et "ci", comme "s" (voir ici). Dans quelques régions andalouses, par contre, on prononce tout, y compris les "s", comme "th" (ibid.). Pour toi, ça peut être amusant de parler plutôt avec l'accent local (y compris leur phonétique des "s" et "z") même si tu as l'impression qu'ils vont croire que tu te moques d'eux —il n'en est rien, j'ai fait l'expérience en Argentine, dont j'aime bien l'accent, et ils trouvaient ma façon de parler "naturelle". Parce que nous sommes tous canadiens dans ce sens-là : nous croyons que ce sont toujours les autres qui ont un accent, pas nous quand même !! De toute façon, les langues c'est toujours en "singeant", comme tu dis, qu'on les apprend !

libertad a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
libertad a dit…

Et ojera tu peux?moi pas, mais oreja oui.

A la fac on nous impose l'accent standard.celui de valladolid avec les la"z" et le reste.Je ne vois pas pourquoi je prendrais cet accent moi qui ne suis pas espagnole (pas vraiment). Pourquoi celui-la plus qu'un autre?
En Espagne quand je diasit que j'avais la possibilité de passer un an en Argentine tous me repondaient:"Argentina, como que no te lo recomando!!"
Je ne comprends pas, ça ne me viendrais pas à l'idée de dire à quelqu'un qui veut apprendre le français de ne pas alller au Quebec parce qu'ils parlent un français différent!!

et dans le nord aussi on dit cartao, cuidao ect...dame un helao...

Fauvette a dit…

C'est encourageant ton entretien pour un travail, cela arrive rapidement non ? Les horaires sont peut-être négociables, on ne sait jamais ! Bonne chance.
Oui c'est dur la prononciation de l'espagnol je suis d'accord, mais surtout je trouve qu'ils parlent si vite !
Tiens je n'ai jamais compris les horaires de classe des enfants en Espagne, tu peux peut-être m'éclairer ?

antagonisme a dit…

Libertad : si je ne m'abuse, l'Argentine, c'est génial : l'espagnol avec l'accent italien. Moi, j'adore. J'ai découvert ça il y a longtemsp avec une télénovela. D'ailleurs, est-ce que ça existe toujours? j'aimerai bien regarder ça, est-ce qu'il existe un site avec les programmes télé espagnols? A la fac, les points imposés sont toujours standards, avec de bonnes raisons. Pourquoi cet accent plutôt qu'un autre, mais pourquoi pas celui-là?
fauvette, je ne sais pas si je peux t'éclairer mais voilà mon analyse perso : école publique, c'est le matin seulement, 8h30 - 13h30, en gros, mais en septembre et en juin ça finit une heure plus tôt. Peu de vacances scolaires, Noel, Paques, et l'été; nous, on a le Carnavla, mais est-ce partout pareil? je ne sais pas.
Ecole privée : 9-13 puis 15-17, mais là où ça se corse, et je ne sais pas si c'est partout comme ça, c'est que le jeudi, mon fils commence à 8h (il fait donc une heure de plus) et le vendredi il commence à 8h, finit à 14h et ne revient pas l'après midi. En septembre et en juin, il n'y a pas de cours l'après midi. L'ensemble fait un peu fouilli, surtout que j'ai un fils dans le privé, un autre dans le public. Mais le fouilli a son charme.

libertad a dit…

moi aussi j'adore l'accent argentin.
pour les telenovelas avec un autre accent j'en connais juste une,ridicule, du Méxique.Ellle passait tous les apres midi au bar ou je travaillais,je ne me souviens plus du canal.

libertad