16 juillet 2007

Le pays dans lequel je ne suis pas morte

Je ne suis pas née en Espagne, mais je n’y suis pas morte – ça crée des liens je suppose.

Tout est lié à ma deuxième grossesse, en Espagne.

D’abord, je suis arrivée dans le pays et j’ai fait un œuf clair, je me suis retrouvé dans une clinique le lendemain de mon arrivée sans parler la langue. (mise en bouche). Le personnel était sympa, je me souviens de l’anesthésiste qui parlait anglais et qui a dit durant le curetage que j’étais « muy nerviosa ».

Puis j’ai été enceinte encore et bon. Il m’est arrivé plein de trucs étranges (dangereux).

Un jour, en novembre, j’ai eu un accident. Voilà comment ça s’est passé. J’amenais le grand à l’école, il me fallait emprunter une large avenue, puis tourner à gauche, mais pour tourner à gauche il fallait d’abord tourner à droite dans une contre-allée, puis couper la grande avenue.

Cette zone débordait de feux rouges : celui de la grande avenue, celui de la contre-allée, et, plus déconcertant, un autre dans la grande avenue, juste après la contre-allée, en somme redondant par rapport au premier feu de la grande avenue. Quand le feu de la grande avenue était vert, celui de la contre-allée était rouge, et vice-versa.

Or, moi, dans l’état de dérèglement hormonal et de fatigue du à la grossesse, un matin, dans la contre-allée, j’ai vu le feu vert, et je suis passée, doucement, car quelque chose, selon moi, clochait. Alors que je coupais l’avenue, j’ai perçu un mouvement sur ma gauche, et j’ai réalisé ce qui clochait : le feu vert que j’avais regardé n’était pas le bon, c’était celui de l’avenue, et juste après j’ai été percuté par une voiture, qui avait ralenti, mais pas assez.

Je suis sortie de la voiture en larmes, catastrophée de ma connerie. Comment avais-je pu faire un truc pareil ? Le conducteur s’est précipité vers moi en me disant des tas de trucs que je ne comprenais pas. Est arrivée, salvatrice, une employée de mon mari qui parlait anglais (et emmenait ses enfants à l’école comme moi). Elle a embarqué mon fils et est revenue pour faire la traduction après.

4 commentaires:

Raphaëlle a dit…

Ouille ... Y'a des moments comme ça où rien ne va, où il faut se contenter d'attendre un peu que la chance repointe le bout de son nez. Pfiou!

Pablo a dit…

(Rien comme ces ronds points français qu'on trouve partout : ils sont chiants mais ont l'air plus sûrs ; en Espagne, on ne sait jamais qu'est-ce qu'il va falloir faire pour tourner à gauche - et si on pourra le faire).

J'espère que la prochaine fois que tu t'exileras en Espagne, tu seras mieux accueillie par le hasard du pays (?) ; que la chance te sourira du début.

J'y retourne.

Fauvette a dit…

Mais oui, c'est tout à fait ça, dans un état second on peut confondre les feux. Eh ben...

Anonyme a dit…

ici en cantabria on a pris un rond-piont l'auter jour.On cherchait une direction ,on fait le tour en attendant de voir le panneau, pasd de panneau, on refait le tour,toujours pas de panneau.Il y a vait des panneau pour chaque sortie sauf une, la notre. Ils avaient foutu le panneau au centre!!!!!¡Jolin!

libertad