28 mai 2007

Boulot

Je travaille.
Je suis contente.
Le mois de juin s'approche et on sent une odeur de rhum, non?
Des serranos se baladent dans l'air. Ou c'est moi? (Ils flottent, je dirais; j'admets que c'est curieux, et pas poétique, mais je n'y peux rien).
Ah oui. J'avais dit que je photographierai une carte, un menu. Un suffit. C'est la même chose dans tout le pays.
C'est pas que ça me gêne, non. C'est quand ils croient que c'est le plus grand pays touristique du monde, et sans rire.
Enfin. Ils ne sortent jamais.
Enfin, ou alors en barque pour Lampedusa.
Bon allez j'arrête, je dis des trucs pas politiquement corrects.
C'est l'exaspération. Mais je sais que j'ai tort, hein. Je le sais. D'ailleurs l'Ours n'a pas réussi à trouver de boulot ici, tellement les critères sont élevés. Il a trouvé dans une grande boite internationale, mais c'est parce qu'ils recrutent n'importe qui dans les grandes boîtes internationales. Alors que ici, ils sont super exigeants. Ils ont des critères que c'est pas tout le monde qui comprend des critères comme ça.
Bon allez, on se calme, hein? De toute façon je pars.

1 commentaire:

Pablo a dit…

Hier même, j'ai lu sur un blog ce commentaire : "tous les chemins mènent à rhum" ! Ça doit ête la saison, alors ! Pourtant, je n'avais jamais associé le mois de juin (ou l'été ?) au rhum, c'est peut-être une question de géographie, de lumière... d'habitude aussi ?! :-)