15 juin 2007

Belle

Je nourris une passion coupable pour la chanson intitulée Belle.

Le prof de musique du collège, qui a remarqué que j’aimais la musique et que je possédais un étonnant mélange de culture et d’inculture musicale (mais en Espagne je vais devenir un génie de la musique, je vais faire des blogs sur tous les sujets qui m’intéressent), a tristement grimacé quand je la lui ai fait écouter.

- La ligne mélodique est très pauvre, m’a-t-il tristement dit. Et le rythme…

Oui. D’accord. Mais, à titre de comparaison, quand j’étais en France, j’aimais le jambon de pays (j’ignorais – peut-on imaginer une telle chose – l’existence du serrano) et le mauvais jambon sous vide honni par Jean-Pierre Coffe. Personne n’est parfait. (j’aime aussi YMCA et Abba, ce qui fait pouffer des tas de gens, du moins ceux qui sont assez vieux pour savoir ce que c’est…et qui croient que je tombe à genoux que devant Mozart, Bach et Donizetti – d’ailleurs je ne tombe pas à genoux devant ceux que j’ai cité avant ; ah oui, j’aime aussi certains chansons de Didier Barbelivien, on touche le fond, je crois – je n’aime cependant pas, voire je hais viscéralement Mireille Matthieu ; mais je crois qu’à moins d’être vraiment pervers…).

Pourquoi Belle ?

Primo, les arguments, quoique simplifiés, des trois amoureux, me touchent.

Deuxio, c’est avec émotion que je me souviens de l’auteur de cette histoire éternelle. On a beau avoir été un écrivain déifié du XIXème siècle, un tyran domestique, on a beau avoir écrit, et les plus beaux poèmes de la langue françaises, et des vers de mirliton, eh bien, il reste qu’une bonne histoire est une bonne histoire ; que le talent traverse les siècles ; qu’ à travers adaptations aventureuses, interprétations simplistes et mises en scène ennuyeuses, qu’une histoire de Victor Hugo puisse avoir encore un tel succès populaire me paraît un ultime hommage à son talent pas toujours fin, mais tellement puissant. Tous les profs de français que j’ai connu font la fine bouche devant Victor Hugo ; trop paternaliste. Ennuyeux. Gonflant. Cela me bouleverse. Comment peut-on être aussi oublieux ? Esmeralda, le prêtre tartuffe et tourmenté, Quasimodo, le soldat joli-cœur, Gavroche, Cosette, Eponine, Javert, Jean Valjean, tous ces personnages existent aujourd’hui partout dans le monde. Pourquoi ne pas le donner à lire, et à voir en vidéo, aux enfants ? Pourquoi ne pas en faire des adaptations plus inspirées (c’est vrai que, à part la comédie musicale, les adaptations sont souvent pompeuses) ? Pourquoi ne pas le situer en Afrique ? Voire en Asie ? Et une Esméralda arabe, face à un imam …. Non, là, c’est la bombe à coup sûr. Comment les gens peuvent-ils être aussi tartes (je pense aux profs de français) ?

(Je relis un coup Sénèque pour ne pas m’énerver).

Tertio, les hommes chantent en contre-chant et j’aime bien (bon, c’est léger).

La fin des Misérables (il fallait oser, enfin c’était le style de l’époque).

Sans doute, dans l’ombre, quelque ange immense était debout, les ailes déployées, attendant l’âme.

Un vers de mirliton (ça fait 12 pieds mais c’est tout) : Toutes nos actions ne valent pas la rose.

La fin d’un poème sublime :

…..

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Tellement simple qu’on aurait pu l’écrire, n’est-ce pas ?

5 commentaires:

sophie a dit…

Mon mari est un fin connaisseur de musique; du moins c'est ce que tout lemonde dit, il n'écoute jamais deux fois la même chose et jamais des trucs populos. Moi j'aime les trucs populos en boucle, j'adore Abba, Ymca, Manu tchao et ... Sardou, et plein de choses de bon goût, et je n'ai jamais le droit de choisir les morceaux "parce que tu vas encore nous mettre une m....".

Donc j'écoute de la "bonne" musique choisie pour moi. Le début de la dictature humaniste c'est pour mon bien il paraît...

Pablo a dit…

J'ai vu quelque part sur le net les paroles de "Belle" ; évidemment, je suis maintenant très curieux d'écouter cette chanson : j'essayerai de la chercher plus tard, mais si quelqu'un parmi les lecteurs me donne un lien (ou même peut me l'envoyer en format mp3) je suis preneur...

Sophie, procure-toi un petit balladeur mp3 pour écouter ce que tu voudras sans que personne te gêne (tu peux le faire sous le prétexte contraire : celui de ne gêner personne, sinon quelqu'un pourrait se vexer ;-) ) : c'est une façon comme une autre de se soustraire à cette dictature humaniste, en ce qui concerne la musique au moins !

Anonyme a dit…

et non les minettes de 15 ans écoutent encore abba et YMCA.ça passe encore en boite...Je suis étudiantes et je crois bien que tous mes potes connaissent les paroles!!!
Abba peut etre le Victor Hugo du 20eme siecle...(je blague il faut comparer ce qui est comparable,au moins il aura de l'influence dans les dicotheques!!)

et vive le serrano!

libertad

Pablo a dit…

Ça a eté très facile, il m'a suffi de pianoter sur Google: belle "notre dame de paris" youtube et ça a donné directement un lien à cette vidéo. Enjoy ! ;-)

antagonisme a dit…

Merci Pablo!