26 novembre 2006

C'est pas ma faute

C'est pas ma faute si j'écris pas, je suis débordée en ce moment.
Qu'est-ce que je fais?
Tiens, d'ailleurs, je vais le dire ce que je fais, à cause de Ségolène Royal : je suis prof. En plus, moi qui me prenait pour une feignante, à cause de son idée des 35 heures, j'ai compté mes heures de travail au collège l'autre jour et j'en suis restée comme deux ronds de flan :

  • lundi, j'arrive à 8 heures, j'ai cours à dix heures : 2 heures de paperasses, impression de devoirs, photocop de doc etc. De 13 heures à 14 heures et de 16 à 17 aussi. Donc 4 heures de paperasses, plus quatre heures de cours effectives (et celui qui dit qu'un cours c'est cool, qu'il aille tenir 25 gamins de 13 ans en les baratinant sur la Monarchie Absolue! - bon, moi, c'est pas cool mais c'est très sympa : Ecole française à l'étranger, les petits français glandent, mais les étrangers bossent, l'ambiance est studieuse et respectueuse de l'enseignant. ) Total lundi : 8 heures.
  • Mardi : 5 heures de cours, paperasses- photocop-corrections de 10 à 11, de13 à 14 et de 16 à 17. Total mardi : 8 heures.
  • Mercredi : 4 heures de cours, plus 1 heure de prépa à la maison : total : 5 heures
  • jeudi : 3heures de cours, 2 heures de paperasses : 5 heures.
  • Vendredi : 6 heures de cours, 2 heures de paperasses : total : 8heures
  • total semaine : 8 +8 + 8 + 5+ 5 = 34 heures au collège.
  • Il faut y ajouter ce que je fais chez moi, difficile à évaluer car irrégulier, mais il est évident que c'est au moins une heure par jour. Parfois c'est une demi-heure les jours de semaine, et puis un matin je bricole un devoir avec des documents sur internet et ça me prend une heure parce que d'abord je cherche, après je trouve, parès je fais mon devoir avec 5 docs et 25 questions, là je me demande comment je vais noter le truc, j'enlève 3 docs, je vire 15 questions, j'imprime, l'imprimante se bloque, je bidouille furieusement l'imprimante, l'Ours se lève en hurlant qu'on va être en retard, le Grand vient me demander si c'est le contrôle pour sa classe pour aujourd'hui, j'imprime, la carte est noire, je bricole la carte avec paint, je réimprime... C'est ça que j'appelle "paperasse")
  • Plus mes heures bénévoles : latin et journal, 2 heures par semaine.
  • Total : 36 heures, plus de six à dix heures de plus à la maison, heures invisibles parce qu'on les mélange à d'autres choses (zapping sur internet par exemple). Parfois elles sont visibles (les conseils de classes, 9 heures de réunion dont je sors abrutie et avec un mal de tête absolu - 3 fois, par an, c'est pas mal en vertu d'un principe : ça fait du bien quand ça s'arrête.)
    • Conclusion :Ségolène Royal est une imbécile. Les profs travaillent déjà 30 à 40 heures par semaine, selon leur rapidité, leur caractère, etc. En plus, dans les entreprises où les gens sont cloués au bureau, les employés ne sont pas forcément opérationnels 35 heures. Or, nous, on est au moins à 100% de nos capacités 18 heures (impossible de faire cours sans se concentrer - faire cours et revasser, c'est impossible). Et, en plus, il y a tout le reste, où, comme des employés de bureau, on est parfois un peu rêveurs ou inefficace (on discute avec une collègue en faisant des photocop ce qui fait perdre un peu de temps). Mais si on est innefficace, c'est notre temps que nous perdons (si on met 2 heures à préparer un contrôle au lieu de 30 minutes parce qu'on bavarde, nous en subissons le contrecoup : on bosse plus longtemps, parce qu'on ne peut pas reporter le contrôle).
    • En plus le rôle des enseignants, qui se dégradent, c'est clair, on sera dans dix ans des gardiens d'enfants, pas des enseignants, mais en théorie notre rôle est d'éveiller, d'avertir, de faire comprendre. On a besoin d'un peu de gaieté et de liberté pour faire ça. On ne peut pas être surveillé comme des employés, nos heures comptées, et apprendre aux enfants, avec spontanéité, avec "vie", "joyeusement".
Reste les vacances scolaires! Ah oui, là on est privilègiés. Mais les enfants ont besoin de ces vacances, et nous aussi. Car enseigner, même si personne ne le croit, c'est fatiguant. Il s'agit de "tenir" les groupes pendant 18 heures. Vous imaginez-vous qu'il suffise d'entrer dans la classe? Il faut parler, poser sa voix, adopter une attitude qui fera taire les élèves et les impressionnera. C'est un travail qui ressemble à celui des acteurs. De temps en temps on fait un "show" : des remarques acerbes faites à X seront entendues et bénéfiques pour toute la classe. Donc on joue sur la voix et ses inflexions, sur les gestes, on bouge à travers la classe, mais pas avec le corps détendu comme chez soi, ou même dans la salle des profs : tout est un "jeu" comparable au jen d'acteur, donc une tension physique perpétuelle, bien qu'imperceptible.
Je le vois très bien, en raison de mes problèmes respiratoires. dès que ma capacité pulmonaire baisse, que ma respiration devient plus courte, je rentre le soir épuisée, il faut que je me couche immédiatement ou presque. En cours je suis tout de suite essouflée, car je ne peux pas ne pas parler, ne pas bouger, ne pas jouer.

1 commentaire:

libertad a dit…

entièrement ok!!!Mais enfait d'après ce que j'ai compris ,Royal veut faire en sorte que les profs restent 35heures au lycée,ils auraient leurs propres bureaux(on les construit où?),et ils seraient à la disposition des élèves pour du soutient scolaire.